Un récit de guerre

Depuis mai 2010, sur le portail de la prévention active,

© Marque et concept déposés.
Depuis mai 2010, pour vous Association France Prévention prévient dans de très nombreux domaines essentiels, pour ne pas subir.
Informations Solidarité Conseils
Écrivez-nous sur assoc.france.prevention@gmail.com ou au
01 71 20 68 29
Nos articles sont la propriété intellectuelle de leurs auteurs. Ils ne peuvent être ni reproduits, ni traduits et utilisés qu'à titre limité et personnel.
 
 Ici, la prévention est volontaire et c'est vous qui venez la chercher.

________

 

 

Ce site est DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 15/18 ANS, non accompagnés dans leur lecture et compréhension.

Cet article est susceptible d'être difficile à lire et à regarder !!

--------

 

Prévention par l'innommable :

Bagdad 1981-1982, dans le campus estudiantin où je me trouvais, j'ai entendu les femmes, préposées au ménage, pleurer.

Les armes légères et des explosions les accompagnaient. Ces mères ne témoignaient pas de leurs peurs, non, pas une seconde elles ne pensaient à elles.

Une messagère venait juste de leur annoncer la mort d'un fils.

Et ce jour, la vie c'est validée sur mes 20 ans .

Les mères, dans le monde entier, pleurent beaucoup trop !

SMB

 

------©

------©

Récit de guerre, Deuxième Partie :

Tous les rapporteurs de l'Histoire, dignes de leur engagement de témoins, se fédèrent sur ces constats :

En temps de guerre, toutes formes de guerres, les premières victimes sont celles qui ne participent pas, celles qui sont les plus vulnérables et celles qui ne comprennent pas.

Puis lorsque les destructions, de tous ordres, ont été irrémédiables, il reste ceux qui ont prévu la reconstruction et les autres.

Délimitons de quelques guerres* :

- La vraie, celle qui bombarde, détruit, tue…

- Les invisibles : …. Tout le monde les connaît car soit on les a subi, soit on les a fait subir…

Dans tout ça, les pires sont les faux. Les vrais faux que l'on prend pour des vrais…

 On a bien essayé des sérums de vérité pour tenter leur distinction mais c'est comme l'alcootest, il faudrait recommencer à chaque départ !

 

Sylvie BRIÈRE / 28 août 2012

 

Notre structure ne dispose pas d'écoute téléphonique, nous agissons dans la prévention et non dans l'urgence. Mais nous sommes joignables au 06 47 89 64 49 .
Cet article est rédigé pour ce qu'il est et ne prétend pas à l'absolue connaissance.