Etude d’un comportement

Depuis mai 2010, sur le portail de la prévention active,
© Marque et concept déposés.
Depuis mai 2010, pour vous Association France Prévention prévient dans de très nombreux domaines essentiels, pour ne pas subir.
Informations Solidarité Conseils
Écrivez-nous sur assoc.france.prevention@gmail.com ou au
01 71 20 68 29
Nos articles sont la propriété intellectuelle de leurs auteurs. Ils ne peuvent être ni reproduits, ni traduits et utilisés qu'à titre limité et personnel.
 
 Ici, la prévention est volontaire et c'est vous qui venez la chercher.
-------©
 
 
 

 

Étude d’un comportement ou Méthodologie
comportementale.

 

La méthodologie éducative d'un enfant n'est pas toujours très facile à percevoir car souvent, on ne distingue pas l'arborescence. Pourtant celle-ci établit une distinction marquée entre les particularités personnelles et les schémas de constructions humains universels.
En clair, il existe une trame généraliste qui vaut pour toutes personnes quelques soient les âges et on y rajoute les précisions propres à chacune d'elles.
Dans cet article, il est question de développer l'évidence des activités comportementales de base d'un être humain, tout au long de son existence. Chaque geste est en référence avec un besoin, qu'il soit physiologique, intellectuel ou affectif.
Ces demandes sont en relations permanentes, de la naissance à la mort, avec la nature.
Prenons un exemple concret, manger : pour cela, l'humain s'est mis depuis la nuit des temps à cueillir, cultiver ou élever, tuer puis lors de défaillances naturelles ou par insatisfactions, ce même être s'est mis à voyager. Mais la pulsion primaire était de trouver de la nourriture et de contenter le ventre.
En poursuivant ce raisonnement, pour boire, il en a été de même puis (ou simultanément) pour se reproduire ou se soigner et ainsi de suite.
Grâce à ses développements garantis, l'humain a pu se mettre en route sur des thèmes plus complexes et élaborés tels que la pensée et sa relation avec les ressentis personnels, sociaux ou familiaux (sentiments et autres).
Par la suite ou en même temps, on a ajouté des valeurs ésotériques, métaphysiques et/ou religieuses.
C'est à cet endroit que se trouve le noeud ou le centre du sujet car pour aboutir à notre ère, le parcourt a été jonché de péripéties (certaines dites grandioses et d'autres absolument innommables), tout en passant par ce que tout le monde sait : une petite moyenne tranquille.
Cette « pulsion » d'avancée a été abordée sous de multiples facettes dont celle que l'on nomme l'instinct de survie, par simplification.
Ce qui va être tenter est d'aborder la nature de son essence, c'est à dire sa vitalité, sa force et comment, à ce jour, nous la traduisons.


Tableaux concernant toutes les populations et tous les âges :
Tableau 1 :


Manger
Boire
Dormir
Préserver sa vie
Ressentir
Avoir faim
Avoir soif
Avoir sommeil
Développer une préservation
Analyser
Évaluer sa faim
Évaluer sa soif
Évaluer sa fatigue
Évaluer sa santé, son âge…
Conclure
Décider ce que l'on va manger ou pas
Décider ce que l'on va boire ou pas
Décider si l'on va dormir ou pas
Décider de soins ou pas
Agir
Manger/ne pas manger
Boire/ ne pas boire
Dormir/rester éveiller
Se soigner
Agir
Chercher et/ou faire et/ou produire la nourriture
Chercher et/ou faire et/ou produire la boisson
Chercher et/ou faire /etou produire le lieu et le temps de sommeil
Chercher et/ou faire et/ou produire le soin.
Etre satisfait
Oui / non
Oui / non
Oui / non
Oui / non
 
 
 
Tableau 2 :
 
Satisfaction
oui
non
intermédiaire
Handicap

Préserver sa vie
Ne pas préserver sa vie
Ni bien, ni mauvais
Naturel ou acquis
Santé physique
1
0
2
1 – 0 - 2
Santé morale
1
0
2
1 – 0 - 2
Santé physique et morale
1
0
2
1 – 0 - 2
Rechercher et s'instruire
1
0
2
1 – 0 - 2
 
 
 
Tableau 3 :
 
ETAT D'ESPRIT positif/négatif*
Simple
innovant
Restreint
Neutre
Nul ou moindre
x
x
x
x
modéré
x
x
x
x
moyen
x
x
x
x
excessif
x
x
x
x
* Aucune des dispositions de l'esprit ne peut être nulle ou absente.
 
 
Tableau 4 :
 
Graduations des Besoins *
peu
moyen
beaucoup
énorme
physiques
x
x
x
x
moraux
x
x
x
x
Physiques et moraux
x
x
x
x
existentiels
x
x
x
x
* Aucun des besoins ne peut être nuls.
 
 
A chacune de ses étapes, un lien commun les fait s'animer jusqu'à leurs réalisations ou pas. Prenons le bébé, son mode de recherche s'élabore pratiquement de lui-même, sauf exception. Entre un objet et un être vivant, il y a une différence nette qui se nomme le ressenti.
Voici comment se trame ce ressenti : identification d'une demande, d'un besoin puis analyse, recherche de solutions et enfin, passage à l'acte. (voir tableau 1)
Si l'ensemble est à peu près contenté, il y aura plus de facteurs de réussites de l'individu. Mais si les frustrations s'accumulent le personnage sera sans aucun doute en difficultés. Cette conclusion est celle que l'on entend couramment par synthèse, sans nul doute, car les exceptions sont tellement nombreuses qu'on ne peut ni les répertorier, ni les compter.
Il est courant de trouver des individus au parcourt satisfaisant, sombré dans des négations de toutes natures et l'inverse, certains humains vivent dans des grandeurs intérieures insoupçonnées alors que les apparences sont autres. Tout cela est connu.
Il y a le moteur, la pulsion, le lien qui sont beaucoup moins identifiables. Ils sont l'objet de toutes les études et recherches depuis toujours. On leur a donné de nombreux noms et on a tenté de les quantifier. Ils sont peut-être ce que l'on appelle « la personnalité » mais ce qui est sur, c'est que se sont eux qui gênèrent beaucoup de variations.
Il semblerait que les deux sentiments moteurs seraient l'amour et la peur. Sur leur base, les autres sont entraînés.
Les voici :
  • le ressenti ou les sentiments et les émotions,
  • la certitude de ceux-ci,
  • leur interprétation,
  • leur transformation par l'intelligence négative ou positive,
  • La décision.
Par la suite, il y a des ajouts fondamentaux qui viennent négocier comme l'éducation, la compréhension, la faculté d'obéissance et ainsi de suite. Les premiers à répondre instantanément ne sont pas toujours les constructions ajoutées mais plutôt la petite étincelle, la pulsion ou la réaction primaire. Au fil du temps, elles ne tarissent pas malgré ce que l'on en dit. Elles se transforment, se modèlent, s'adaptent, se perfectionnement, même, mais restent si elles étaient là. Elles font l'originalité et la diversité de chaque humain et son unicité dans la multitude.
On parle de différences entre les ressentis. Elle existe sur les modes qualitatifs et quantitatifs mais pas sur leurs existences même. Un criminel est doué d'amour mais au lieu de le distribuer à son prochain, il transforme sa haine de l'autre, en amour sur lui.
Un bébé est également totalement enclin à recevoir une multitude de demandes et de transformations de l'information, sans cela le souvenir de mauvais ou bons traitements n'auraient aucuns incidence. Il est donc, même à moindre, très moindre niveau, également responsable de son choix profond qui conditionnera sa vie à reproduire ou pas.
Ce qui ressort à cet endroit est que tout individu choisit une partie de ce qu'il va devenir et des options qu'il prend.
L'éducation n'est pas du tout la seule origine des déviations. La société ne se coupe pas des tentations qu'elle propose à tous. Le différentiel tient dans les refus ou les acceptations.
Par contre, certains facteurs très importants comme la répétition de traumatismes ou un traumatisme profond, un vécu misérable ou maltraitant, les handicaps sont des facteurs décuplant ou annulant à des degrés très variables, les bonnes liaisons avec l'identité originelle.
En conclusion, la création, la nature ou la vie est porteuse d'un facteur presque impalpable par la conscience qui consiste à chaque âge, à développer les mêmes « sentiments », grands dénominateurs communs dont l'interprétation est exclusive et s'utilise tout au long de l'existence.

Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1
Sylvie BRIERE

 
 
 

 Notre structure ne dispose pas d'écoute et d'aide téléphonique car nous agissons dans la prévention et non dans l'urgence.
Cet article est rédigé pour ce qu'il est et ne prétend pas l'absolue connaissance.